Quelle méthode ?

Une question souvent posée : Quelle méthode pratiquez-vous ?

Ma réponse est inexorablement la même : Aucune... ce qui déconcerte toujours... et j'ajoute... il y en a tout de même une qui s'appuie sur quelques points essentiels !
En exagérant à peine, chaque jour nous délivre une nouvelle ! A croire que ce qui existe déjà est bon à jeter aux orties !
Il y a l'éducation douceur, l'éducation naturelle, l'école des chiots, la rééducation, l'éducation comportementale et beaucoup d'autres encore exprimées sous formes d'acronymes et d'anglicismes divers et variés. 
Chacune y apporte son scientisme, son exclusivité, au prétexte absolue, que "ça y est, nous avons la vérité !"

Lorsque l'on s'engage dans quelque processus d'apprentissage que ce soit, quel principe fondamental est actif ?
Le conditionnement. Nous apprenons et nous nous conditionnons au modèle enseigné.
Lorsque ce modèle est enseigné en référence au sujet apprenant, considérons qu'il est alors correctement enseigné. 
A qui s'adresse cette notion d'apprentissage dans ce qui est appelé 'l'éducation canine" ? Au chien ?
Non, pas du tout... Ce qui est enseigné s'adresse aux maîtres qui eux doivent savoir s'adapter à leur animal et pour cela le connaître, le comprendre. 
En fait, pouvons-nous apprendre au chien à s'assoir, à se coucher, à rester immobile, à revenir au pied, à marcher au pied, à être social et sociable ? Non, il sais déjà le faire. 
Ce qui est mis en place lors de ces exercices est comme un "arc réflexe" depuis un son vers une réponse obtenue appuyée de renfocements adaptés : cela s'appelle le "conditionnement classique" incluant la théorie "stimlulus réponse". 
Nous avons maintes fois entendu des éducateurs s'offusquer de cela, considérant que le conditionnement relève d'un autre âge, qu'aujourd'hui dans notre modernisme, il vaut mieux gaver l'animal de friandises pour obtenir une réponse souhaitée ! 
Même dans cette forme d'éducation il s'agit d'un conditionnement, mais celui-ci, éthologiquement totalement inepte...

L'éducation canine est-elle bonne pour tout, adaptée à toutes les circonstances ?
Cela fait des années maintenant que nous soutenons, au CEEPHAO, que l'éducation canine ne peut pas répondre à toutes les situations.
Un animal présentant des comportements adpatatifs indésirables pour l'homme ne peut pas être accepté dans ce contexte.
Pourquoi ? Parce que le conditionnement ne consiste pas qu'en cet "arc réflexe" évoqué plus haut.
Deux hypothèses peuvent être faites au regard de cet animal : soit un renforcement des comportements indésirables, soit un effet de ramollissement voire de masquage donnant au maître l'illusion absolue de la rémission du problème initial !
Les paradoxes humains continuent de renforcer l'insupportable relation vécue par l'animal !
D'un côté je veux le contrôler, je veux le dominer, je le contrains et de l'autre le plus grand laxisme ! Comment voulez-vous que le pauvre animal s'y retrouve ? C'est d'une incohérence totale... L'animal n'est pas un objet pétrissable à la merci des incohérences humaines : il est social, sociable, cognitif. Gardons le bien à l'esprit !
Comment s'étonner ensuite que l'instauration de tels paradoxes favorisent l'émergence d'un renforcement des comportements indésirables, voire même de passages à l'acte ! 

Peut-on encore penser aujourd'hui que parce que l'on va "faire dresser" son chien tout ira pour le mieux ? Sauf à vivre l'animal dans un déni social, relationnel, éthologie, psychologique, de ce qu'il est, il n'est guère possible de le concevoir ainsi ! Et celles et ceux qui le croient ne peuvent avoir recours qu'à des nouveautés censées apporter le bonheur... en réalité, elles produisent exactement l'effet inverse !
Le conditionnement dans ce contexte est donc dangereux, ou pour le moins inapproprié dans bien des situations ! Ne nous étonnons pas, ensuite, bien plus tard, de constater chez l'animal des dépressions de divers types, des stéréotypies, et autres comportements déroutants, qui le conduise à l'abandon lorsque ce n'est pas à la mort !

Quelle méthode au CEEPHAO ?
1 - Commençons par définir éthologiquement, socialement, ce qu'est un chien ;
2 - Intégrons l'apprentissage précédant dans tous les exercices pratiqués ;
3 - Apprenons ce que recouvrent les mots "apprentissage", "conditionnement", "comportement", "adaptation", "renforcements", du point de vue étho - psychologique et des techniques, de la pratique ;
4 - Sachons maintenant organiser un apprentissage ;
5 - Sachons animer, encadrer, une séance ;
6 - Sachons communiquer aux maîtres, les guider dans leurs développements individuels et relationnels à leurs animaux : parce que l'éducation canine est en réalité celle du maître ! ;
7 - Connaissons nos limites personnelles, notre relation au monde animal, notre anthropomorphisme ;
8 - Connaissons nos limites de compétences et celles de notre pratique, et sachons recommander d'autres praticiens, tel un Comportementaliste EPC, lorsqu'un comportement adaptatif indésirable est présent voire apparaît !

Pourquoi cela ? Pour une seule et unique raison : le respect de l'animal... et de l'homme ! Voici donc notre méthode !

Etonnament, les résultats attendus sont rapides, pérennes... au point que quelques minutes suffisent pour que ce brave chien "marche au pied". Oui, nous disons bien minutes, quand ce n'est pas quasi instantané ! Ceci a été constaté des milliers de fois !

Inutile donc d'inventer des méthodes humaines pour un animal qui n'en demande pas tant, et restons-en à l'essentiel, au fondamental : un apprentissage destiné à l'homme de ce qu'est un chien et comment bien vivre avec et pour lui !